Pour le professeur Luis Eugenio Togores, auteur d'une Histoire de la guerre civile espagnole, il existe une certaine relation entre les irrégularités aux élections de février et le putsch du 18 juillet, bien que, selon lui, ce qui conduit au coup d'État de l'armée est la violence qui éclate après les élections[11]. La gauche n'en avait plus que 99, dont 58 pour le PSOE. A la mort de l'empereur romain germanique Maximilien Ier de Habsbourg en 1519, trois concurrents sont en lice pour la couronne impériale : le roi d'Espagne Charles de Habsbourg alors âgé de 19 ans, le roi de France François Ier et l'électeur de Saxe Frédéric III. L'État républicain, rejeté à la fois par les forces conservatrices, Église, armée, oligarchie, qui la jugent impuissant à maintenir l'unité de la Nation, et par, les forces populaires, qui ne voient en lui que le dernier avatar d'un État oppressif, doit faire face au terrorisme, aux affrontements armés, aux émeutes révolutionnaires. Cette épreuve a changé plusieurs fois de dénomination officielle: Copa de S.M. Le 1er avril 1939, Francisco Franco fait diffuser depuis Burgos l'Último parte (es), communiqué de victoire déclarant que les armées nationalistes ont atteint tous leurs objectifs militaires et que la guerre est terminée. « À qui appartiennent les terres ? Histoire de France. Elles furent aussi les dernières avant la guerre civile. Il avait une bonne formation juridique, connaissait l'anglais et le français et avait fait deux séjours importants en France, en 1911-12 et 1919-20. Le 20 octobre 1935 est formé un Front populaire, qui regroupe les socialistes et les communistes, les groupes républicains de gauche (Gauche républicaine et Union républicaine), l’Esquerra catalane, et l'ORGA, parti autonomiste galicien ; c'est une coalition quelque peu hétéroclite, mais dont les dirigeants acceptent également de jouer le jeu « démocratique ». En s'attaquant au plus urgent, le gouvernement se donne pour mission de répartir équitablement les terres et entreprend la réforme agraire. La CEDA s'est sans doute crue trop forte, et son expérience récente montre les difficultés qu'elle a encore à imposer sa politique dans un contexte qui lui est pourtant favorable. Grâce à plusieurs lois : fixation d'un salaire minimum, journée de huit heures, assurance accidents, assurance maladie, il obtient en quelques mois des Cortes une amélioration sensible de la condition ouvrière. Dès 1911, dans une conférence sur « Le problème espagnol », il avait souligné l'existence d'un lien organique entre culture et démocratie. Dans une tentative d'attirer vers les secteurs des républicains plus modérés, Manuel Azaña est nommé chef du gouvernement et Alcala Zamora président de la République. D'autre part, dès le mois d'août 1930, un Comité associant des républicains de diverses tendances, militants syndicaux de l'UGT (Union général des travailleurs), des socialistes tel Indalecio Prieto, des nationalistes catalans et même d'anciens monarchistes avaient conclu le « pacte de San Sebastian », qui envisageait l'installation prochaine d'une république et allait jusqu'à dresser une liste d'éventuels ministres. Arrêtés alors qu'ils entraînaient leurs hommes en direction de Saragosse, les deux officiers furent fusillés pour rébellion. En 1931 ils n'étaient que 76 000 ; 3 337 salles de cinéma (62 à Madrid et 116 à Barcelone en 1935) ; 69 stations de radio officielles en 1936 ; 3 765 livres imprimés en 1935 (2 652 en 1930). Le 17 mai 1902, le roi d'Espagne Alphonse XIII, ayant atteint sa majorité de seize ans, prêta serment à la constitution devant les Cortès et prit possession effective du pouvoir suprême que sa mère exerçait à titre de régente. D'autre part, les salaires agricoles sont en augmentation et parallèlement le chômage aussi. A la mort de son grand-père maternel, Ferdinand d'Aragon, et à cause de l'incapacité de sa mère, Jeanne l… À partir de ce scrutin, le système politique de la République espagnole se dérégla complètement et l'on donne le nom de bienio negro (es) à la période 1933-1935. Avant l'unification espagnole []. Cette étude a été critiqué pour sa méthode (faire de la droite conservatrice un front uni alors que ce n'était pas le cas)[8] et de reprendre la thèse franquiste de l’illégitimité du gouvernement républicain de 1936 qui a été réactualisé par des auteurs comme Pío Moa[9]. Quand nous avons demandé la Justice, on nous a refusé la Liberté. Les derniers articles famille royale espagnole . Les signataires de l'accord de Saint-Sébastien furent arrêtés. La réforme ouvrière continue avec les mêmes méthodes. L'adoption des articles 26 et 27 avait provoqué la démission d'Alcalá Zamora et de Maura du gouvernement provisoire. Victoire du Front populaire aux élections en Espagne. Les Cortès font rédiger une Constitution démocratique et autonomiste, inspirée de la Constitution de Weimar ; la nouvelle constitution fait de l'Espagne une République des travailleurs de toutes les classes, un État intégral, compatible avec l'autonomie des Municipalités et des Régions. En septembre et octobre 1934, des insurrections socialistes et anarchistes, planifiées comme coup d'État par leurs chefs, ont lieu dans plus de 20 provinces, entre autres en Catalogne, à Madrid et dans les mines des Asturies. Une heure avant la proclamation de la République à Madrid, Francesc Macià proclamait à Barcelone la République catalane, dont les dirigeants n'avaient pas obtenu satisfaction auprès du premier gouvernement, qu'avaient dû arriver à une transaction avec les ministres de Macià [pas clair], transformant la république catalane en une Generalitat réintégrée au sein de l'État espagnol. Manuel Azaña avait tiré, au moins pour une part, les leçons de son échec précédent : à peine en place, il prit un décret d'amnistie au bénéfice des condamnés de 1934, puis rétablit le statut de la Catalogne et donna un coup d'accélérateur à la réforme agraire. Le Parti communiste, appuyé par les Soviétiques, combat autant les dissidents républicains (la CNT et le POUM) que les nationalistes. Ils s'appellent, le docteur Gregorio Marañón, celui que le peuple nommé « l'accoucheur de la République » et aussi Ortega y Gasset, l'auteur de L'Espagne invertébrée, celui qui, renvoyant les thèmes chers à la génération du 98, affirme que le problème essentiel est de donner au peuple la culture que la Monarchie avait complètement négligée et d'européaniser la nation. La dernière modification de cette page a été faite le 20 décembre 2020 à 16:29. De même, Federico García Lorca avait-il choisi de lutter pour la justice aux côtés « de ceux qui n'ont rien et à qui on dénie jusqu'à la tranquillité du néant » ; il leur apporta l'enrichissement du théâtre grâce à la compagnie universitaire itinérante La Barraca. L'État intervient ; la production, et l'augmentation du coût de la vie, résultat de la crise économique mondiale, annulent l'effet des augmentations des salaires. Ainsi, il choque des portions importantes de la population espagnole en interdisant aux congrégations d'enseigner à partir du 1er octobre 1933, alors qu'elles scolarisaient plus de 350 000 élèves du secondaire. Pour ne rien arranger, Alphonse XIII est proclamé roi le 17 mai 1902, à l'âge de seize ans, au terme d'une longue crise dynastique, et prétend aussitôt intervenir dans les affaires publiques. L’Acción Republicana d'Azaña, lui-même élu à Bilbao sur une liste d'union, était laminée (6 élus). Les sentiments républicains se propagent dans tout le pays. Large victoire de la coalition des républicains et des socialistes, avec une participation de 65 % de l'électorat. Après des pourparlers infructueux avec les politiciens, Alphonse XIII nomma Premier ministre un autre officier, l'amiral Aznar. Les suites ne se firent pas attendre et tout d'abord, la garnison de Jaca, en Aragon conduite par deux jeunes officiers exaltés, les capitaines Fermín Galán et García Hernández, se souleva contre la monarchie avant que les conspirateurs dans le reste d'Espagne se fussent donné le mot. Les présidents de cette république en exil furent Diego Martínez Barrio (1940-1962), Luis Jiménez de Asúa (en) (1962-1970) et José Maldonado González (en) (1970-1977). Quant aux étudiants, ils attaquaient avec véhémence. Les socialistes et les républicains pensaient que le moment était venu : le 13 avril ils décrètent l'expulsion de la monarchie. Il n'existait donc pas de « danger marxiste » imminent, en dépit des prises de position théoriques du PSOE en faveur de cette idéologie. 1936 Soulèvement militaire nationaliste et putsch, guerre civile (1936-1939). La révolution asturienne de 1934 et la répression qui y met fin sont des témoignages du recours à la contrainte comme seul moyen de faire triompher les revendications sociales, ou d'assurer l'ordre. Plusieurs anciens ministres du roi, notamment Miguel Maura et Alcalá Zamora, s'étaient déclarés l'année précédente en faveur de la république, rejoints par quelques-uns des intellectuels les plus prestigieux du temps, dont José Ortega y Gasset et Miguel de Unamuno. Il n'y avait dans l'Espagne de 1936 qu'un embryon de classe moyenne, bien trop étroite pour assumer le rôle de guide et la responsabilité d'une transition adaptée aux circonstances du pays. Venez consulter la liste détaillée de tous les rois et présidents d'Espagne. Fils de don Juan, comte de Barcelone, et de Maria de las Mercedes de Bourbon, princesse des Deux-Siciles, petit-fils d'Alphonse XIII, Juan Carlos de Bourbon est né à Rome le 5 janvier 1938. Les nationalismes (notamment par l'octroi du droit de solliciter un statut d'autonomie, quoique la République n'ait pas été conçue initialement comme fédéraliste) ; L'extension du suffrage universel aux femmes et aux soldats ; La création d'un Tribunal de Garanties, pour régler les problèmes d'inconstitutionnalité ; La reconnaissance de la propriété privée, bien que l'État se soit réservé le droit de l'annuler si le bien commun l'exigeait ; La renonciation à la guerre et l'adhésion à la, Assurant un succès au nouveau régime, le ministre de Finances, le banquier catalan Carrer, fit passer le, Une assemblée régionale de toutes les communes galiciennes approuve en 1932 une proposition de Statut d'autonomie qui serait soumis à plébiscite quatre années plus tard, le. L'Espagne se tient à l'écart de la Première Guerre mondiale, ce qui lui vaut de s'enrichir et de se développer. En janvier 1936, quand José María Gil-Robles, le chef du parti majoritaire, CEDA, demande au Président de la République de l'appeler pour former un nouveau gouvernement, le président Niceto Alcalá-Zamora préfère dissoudre les Cortès. Le roi Alphonse XIII, dépourvu de clairvoyance politique, mais qui n'avait rien d'un tyran, craignait des troubles ; il ne souhaitait pas (selon ses propres paroles) conserver son trône au prix d'une guerre civile et d'un bain de sang. Comment ajouter mes sources ? Au lendemain des élections, Alcalá Zamora eût dû, en dépit de son inimitié à l'égard de Gil-Robles, imposer la présence de la CEDA dans le nouveau gouvernement, mais il préféra qu'il fût dirigé par le radical Lerroux. Ils tenaient à la fois à une lutte de classes exacerbée et à une guerre de religion, et ils étaient compliqués par les revendications d'identités nationales spécifiques et l'influence d'idéologies « importées ». Le futur président de la République voulait rendre hommage ainsi à tous les libéraux du XIXe siècle. La Seconde République fut très loin de marquer une pause dans les conflits qui désolent le pays. de l'Espagne des années trente, pour expliquer ensuite la nature et les enjeux de l'internationalisation du conflit puis tenter d'en dégager les conséquences Le roi Alphonse XIII d'Espagne en 1932 Le Centre fut réduit à 56 députés partagés entre radicaux, progressistes, PNV, Lliga, centristes et divers centre. Ortega (dont les critiques bien tournées à l'encontre du parlement avaient servi Primo de Rivera), lance cette célèbre phrase : Mais, plus important, de nombreux officiers mécontents soutiennent les rebelles, et même les anarchistes, débordés, apportent une sympathie agacée aux opposants bourgeois du roi. Il fallait, assurait-il, développer en priorité l'enseignement primaire car un million d'enfants environ n'étaient pas scolarisés. Il existe une mythologie de la Seconde République, expérience unique et porteuse de grands espoirs dans l'histoire d'Espagne. 1934 Le nouveau chef du gouvernement n'était nullement socialiste, et avouait son ignorance du marxisme, dogme du PSOE. Les abstentions furent nombreuses dans les zones à majorité anarchiste, mais beaucoup moins dans celles de droite. En deux ans on avait installé en peu de mois cinq mille familles sur 90 000 hectares de terres expropriées. Âgé de cinquante ans, Azaña était incontestablement l'homme clé du nouveau régime, le plus remarquable par sa culture et ses dons d'orateur, en dépit de son apparence physique peu séduisante. La grande propriété terrienne dominait encore le pays, en particulier dans le sud, en Andalousie et en Estrémadure. Mais les réformes vont trop lentement et les paysans grondent. « Espagnols ! Il est vrai que la droite n'avait pas eu le temps de « digérer » le changement de régime, et que beaucoup de ses électeurs s'abstinrent. « Ce roi, don Henri III, fut fils du roi don Jean (...) et descendant de la noble et très ancienne et claire lignée des rois goths, et, en particulier, du glorieux prince catholique Reccarède, roi des Goths en Espagne ». La gauche perdit en premier lieu parce que dans un système favorable aux coalitions, elle était désunie et en second lieu, la propagande nourrie de la droite (regroupée au tour de la CEDA), parvient à minimiser les réalisations des républicains. En Espagne comme en France, l'année 1935 est marquée par un rapprochement des forces « antifascistes ». Les conflits se succèdent pendant cette période et les positions politiques souffrent d'une radicalisation très accusée[4]: Le 14 avril 1931, la République est proclamée en Espagne, deux jours après les élections municipales qui sont interprétées comme une défaite du régime monarchiste, même si, avec 40 %, la coalition antimonarchiste n'obtient pas la majorité sur l'ensemble du territoire mais seulement dans les grandes villes. L'armée n'était plus un bloc monarchiste, comme l'avait montré, le 12 décembre 1930, à Jaca, en Aragon, le soulèvement qui coûta la vie aux deux capitaines Galán et García, membres de l'Alliance militaire républicaine, ainsi qu'une tentative manquée d'officiers aviateurs, parmi lesquels Ramón Franco, le jeune frère du futur Caudillo. Le terme de roi d'Espagne apparaît en revanche de façon informelle, notamment dans les cours étrangères, à partir du règne de Philippe II (1556 – 1598). La République est proclamée. Le Pays basque, Navarre, Galice et Aragon, stimulés par l'exemple catalan, vont préparer à leur tour leurs statuts d'autonomie respectifs. L'attitude de Sanjurjo, qui n'allait d'ailleurs pas tarder à lancer sa Sanjurjada contre le nouveau régime, est significative. © 2020 - www.sport-histoire.fr - Tous droits réservés -, La Maison des Bourbons (Première Restauration), La Maison des Bourbons (Deuxième restauration), Résultats élections présidentielles en France. Les républicains « bourgeois » et les socialistes « raisonnables » étaient trop peu nombreux pour faire admettre la nécessité d'étapes intermédiaires avant l'avènement d'une démocratie moins injuste. La montée des fascismes, la renonciation de l'Internationale communiste à une stricte application du principe de la lutte des classes favorisent partout en Europe un regroupement des gauches. Faut-il en conclure pour autant que le nouveau régime ne s'intéressa qu'aux problèmes intérieurs, accordant une attention toute particulière aux problèmes économiques et sociaux, avec notamment la réforme agraire, et qu'elle concéda un intérêt très secondaire aux affaires extérieures ? La mort accidentelle de Mola lui donnera ensuite une pleine autorité. Retrouvez toutes les archives des Coupe du Roi de Football. Le programme ainsi annoncé le 15 janvier 1936, reste extrêmement vague dans ses principes : redressement économique, baisse des impôts, autonomie régionale. Dès lors commence réellement la guerre civile qui juxtapose un conflit militaire entre nationalistes et républicains et des conflits internes dans le camp républicain. Beaucoup des paroles de cette musique sont originaires de cette époque-là, jusqu'à une composition d'Antonio Machado. Votre État n'est plus ! Les syndicats et l'ordre public sont en collision constante. Mais lorsqu'il se résigna à l'entrée, déjà tardive, de trois ministres de la CEDA dans le gouvernement en octobre 1934, cela fut considéré par certains secteurs comme une « provocation » et déclencha un mouvement de révolution, montrant que les institutions républicaines n'étaient ni comprises ni acceptées. Traduction de 'roi' dans le dictionnaire français-espagnol gratuit et beaucoup d'autres traductions espagnoles dans le dictionnaire bab.la. Les militants d'extrême droite qui étaient sensibles aux outrances de l'injustice sociale ne croyaient qu'à la force pour faire prévaloir leurs solutions. L'Espagne ne constitue en effet pas un État avant les premières années du XVIII e siècle.Jusqu'aux décrets de Nueva Planta, elle n'est qu'une expression géographique où cohabitent deux États très différents, produits d'héritages et de conquêtes, n'ayant de commun que le souverain. En raison de la pandémie de Covid-19, l'ancien roi d'Espagne Juan Carlos 1er a annoncé jeudi qu'il ne rentrerait pas dans son pays pour Noël. Privée de chef, l'Espagne a été dans le même temps touchée comme le r… La force de leur engagement politique conduit à insister sur ces deux derniers auteurs. L'Espagne des années 1930 est un pays très en retard[3] sur les pays industrialisés et pauvre, avec un grand taux d'analphabétisme et d'importantes divisions sociales et idéologiques. Cette fois encore, le PSOE, parti de la majorité arrivé en tête, ne participe pas au cabinet. La Révolution sera toujours un crime ou une folie tant qu'existent la Loi et la Justice. So père le prince André est le quatrième fils et le septième enfant du Les troubles de février 1936 ont poussé la nation au « printemps tragique dans lequel les limites de la légalité ont été rompues ». Alfonso Bullón, directeur des études historiques de la CEU, défend un point de vue proche : « le gouvernement [du Front populaire] était illégitime parce qu'il ne pouvait pas maintenir l'ordre »[11]. En 1946, l'assemblée générale de l'ONU — sur l'injonction de Staline — recommande à ses membres de ne pas admettre en son sein l'état espagnol au motif que le régime franquiste a été établi avec l'aide des forces de l'Axe[13]. 1516-1556 : Charles Ier (plus connu sous le nom de Charles Quint), Maison de Bonaparte (1808-1813) : Haut de page, Les Bourbons (Première Restauration) (1813-1868) : Haut de page, 1868-1870 : Le général Francisco Serrano y Dominguez, période de Régence, Maison de Savoie (1871-1873): Haut de page, La Première République (1873-1874) : Haut de page, Février 1873 - Juin 1873 : Estanislao Figueras y Moragas, Juin 1873 - Juillet 1873 : Francisco Pi y Margall, Juillet 1873 - Septembre 1873 : Nicolas Salmeron y Alonso, Septembre 1873 - Janvier 1874 : Emilio Castelar y Rippol, Janvier 1874 - Décembre 1874 : Francisco Serrano y Dominguez, Les Bourbons (Deuxième Restauration) (1874-1885) : Haut de page, La Seconde République (1931-1939) : Haut de page, Régime de Franco (1939-1975) : Haut de page. 1955 L’Espagne entre aux Nations unies. Alberti fit de ses œuvres un combat révolutionnaire à partir de 1929 où il se tourna vers le PCE ; « poète dans la rue », il y récitait ses textes ; dramaturge, il fit de Fermin Galán la première pièce engagée du théâtre espagnol, l'hagiographie d'un martyr de la République. La première dissolution des Cortes, en octobre 1933, fut en effet suivie d'une large victoire de la droite aux élections du 19 novembre, amplifiée par l'effet pervers de la loi électorale. Les élections municipales n'avaient pas pour vocation de changer la forme politique de l'État. Le roi lui non plus n'appréciait guère un système qui prévoyait de lui faire partager ses pouvoirs de destitution avec une copie espagnole du, Sa décision de lever la censure de la presse lui valut une pluie de critiques. Et cela d'autant plus qu'il entendait mettre de l'ordre dans l'armée et les tableaux d'avancement. 1974 Plusieurs formations d'extrême droite de création récente affirmaient leur volonté de renverser la République par la violence ; à cet égard, l'événement le plus important fut la fusion du groupe de Ledesma Ramos et de celui d'Onesimo Redondo, qui donna naissance aux JONS (Juntes offensives national-syndicalistes), dont l'influence demeura cependant limitée à la Vieille-Castille et à Madrid.