Le métissage linguistique est ici plus frappant avec 900 mots environ empruntés au norrois dont : husband, knife, window, fellow, les pronoms they, them, their, les propositions at, by. D’autres arrivent cependant et incendient Paris en 861. Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. La conversion du Danemark prend place avec celle du roi Harald à la Dent bleue en 962 ou 963. L’empereur Constantin VII Porphyrogénète rapporte le trajet des Rous qui descendent le Dniepr à partir de juin de chaque année. Découvrez et achetez Histoire des Vikings, Des invasions à la diaspora - Pierre Bauduin - Tallandier sur www.leslibraires.fr Ces échanges fluviaux rappellent la dextérité des vikings car nombreux sont les difficultés sur le chemin aussi bien sur les eaux que dans les rapports avec les populations locales parfois hostiles. En effet, les Vikings forment plutôt des groupes variés aux origines migratoires elles-mêmes diverses. La conversion de chefs vikings est bien antérieure à celle de Rollon, sans doute dès la fin du règne de Charlemagne. C’est le même contexte lors des tensions entre les rois irlandais. A partir de la christianisation les sources écrites se multiplient, certaines rattachent les dieux vikings à des rois anciens qui auraient été divinisés faute de connaître les récits bibliques. Les premiers raids vikings enregistrés en Occident débutent à la fin du VIIIe siècle et s’achève durant la seconde moitié du XIe siècle. Une nouvelle vague d’incursions vikings prend place au Xe siècle, peut-être sous l’affirmation du pouvoir monarchique scandinave et à des conquêtes vers l’orient bloquées. Ainsi, les noms de lieux peuvent indiquer une évolution du peuplement par les vikings. Toutefois, les sources mentionnent les Normands sous le nom de Francs ainsi l’intégration est bien achevée et l’image viking est effacée. Celles-ci s’imprègnent de magie et de divination. Ainsi le nom Bluetooth est né d’un roman de Frans Gunnar Bengtsson, Orm le Rouge et son logo réunit deux runes censées représentées les initiales de Harald Blåtand. Les estimations les plus fiables portent entre 500000 à 700000 habitants pour le Danemark, environ 200000 pour la Norvège et entre 300000 à 450000 personnes pour la Suède actuelle. Ils y seraient restés six mois et ont bénéficié de nuits d’été lumineuses. Les champs obligatoires sont indiqués avec *. Ces croyances n’ont pas d’organisation cléricale, pas de textes sacrés. Régis Boyer, Le Mythe viking dans les lettres françaises, Paris, Éditions du Porte-Glaive, 1986 (ISBN 978-2-906-46800-9). Histoire des Vikings. Les historiens ont des supports d’études variés pour faire l’Histoire des Vikings de nos jours : sources écrites, chroniques, annales, écrits par des auteurs extérieurs au peuple viking et témoins de leurs invasions et implantations, donc partiaux. La quatrième partie analyse le fait des guerres mais aussi des paix. Elles ont également été utilisées pour les colonisations au Groënland et en Islande. Ainsi, la flotte constituée de 25 navires d’Eric le Rouge en 985 à destination du Groënland se réduit à 14 embarcations à l’arrivée. Ainsi, les sources mentionnent des attaques lors des fêtes de la Saint Jean en 843 à Nantes, en période de Pâques contre les monastères de Saint-Germain-des-Prés et Saint-Denis en 858. Encyclopédie », 1997, 185 p. (ISBN 978-2-080-12274-2). Son successeur, Guillaume Longue-Epée passe pour un chef pieux et même martyr sous la plume de Dudon. La toponymie s’en ressent : Uppsala par exemple, de salr pour halle, alors que le mot höll n’est attesté qu’en 961. Ils disposent de chevaux apportés sur leurs navires ou pris sur place. Une histoire de la personne au Moyen Âge, Relire l’altitude la terre et ses usages. Puis viennent les temps des guerres, notamment la seconde et ses idées nazies qui font la part belle aux vikings comme racines guerrières germaniques. A partir du Ve siècle, ces pratiques cessent évoquant une stabilisation des pouvoirs politiques. Histoire des Vikings (2019) Paris : Tallandier , DL 2019 Auteurs en relation avec "Histoire des Vikings, des invasions à la diaspora" (1 ressources dans data.bnf.fr) Auteur du texte (1) Pierre Bauduin, Histoire des Vikings : Des invasions à la diaspora, Tallandier, 2019. En Norvège ce sont les rois qui agissent comme missionnaires comme Olaf Tryggvason (995-1000) et Olaf Haraldsson (1015-1028). On peut aussi tomber en esclavage par hérédité, à cause d’une dette ou suite à un vol. Concernant l’organisation du pouvoir, elle naît entre les mains des Scandinaves et des élites locales qui, ensemble, dessinent l’unité territoriale des futurs princes de Kiev. La série Vikings de Michael Hirst en est un exemple récent. L’organisation royale est dans un premier temps laissée en place, les vikings utilisant des rois anglo-saxons fantoches afin de prendre le pouvoir directement. Les vikings sont confrontés à cette religion bien avant les IXe – Xe siècles : motifs chrétiens sur des fibules… Les historiens ont mis en avant deux modèles de conversion : celle venue du chef, celle venue du peuple, moins documentée. C’est en Suède qu’Anschaire installe des églises et communautés. Godfrid, successeur de Sigfrid, affronte Charlemagne en 804. Les adversaires des vikings ont donc développé des moyens de défense. La navigation reste donc risquée. En effet, on note l’intensification de l’agriculture ou de l’exploitation des ressources en divers endroits. Si les premiers combattants sont des volontaires attirés par la richesse et le prestige du chef, peu importe leur région d’origine, par la suite, une certaine professionnalisation se met en place. Ces échanges prennent place dans des places centrales, qui deviennent ainsi des centres urbains qui prennent le nom d’emporia. Pierre Bauduin, Histoire des Vikings. En Ecosse la situation est variée entre fort métissage dans les îles comme les Hébrides ou installation effaçant la culture picte plus au nord. Les Varègues constituent ainsi un groupe de mercenaires au service de Constantinople. De même, les Francs, les Saxons, les Slaves pratiquaient l’asservissement des populations vaincues. La conversion au christianisme est éclairée par le chapitre suivant. En 911, le roi de France Charles le Simple et le chef viking Hrölfr ont convenu que la région autour de Rouen devait être remise à ces Norses - ou Normands, comme on les a appelés par la suite. Ces accords sont globalement mal vus dans les sources et parmi les élites. Il est ainsi question de l’Islande. Au XIIe siècle Ari le Savant évoquait également cette région et la Saga des Groënlandais et la Saga d’Eric le Rouge viennent confirmer ces faits. Concernant les échanges commerciaux, ils prennent d’abord place sur les côtes de l’Atlantique nord, en Manche, en mer du nord et en Baltique. De plus, 125 objets ont été découverts, caractéristiques des modes de vie viking. L’auteur souligne l’importance des vikings dans le développement urbain de l’Angleterre. Les vikings vont alors en Espagne, Afrique du nord et explorent la Méditerranée. Ainsi, à Hoby, sur l’île de Lolland au Danemark, les archéologues ont mis au jour deux tasses en argent et un plateau, pièces rares, décorées de scènes mythologiques (Vénus, passages de l’Iliade), dans une tombe. Si Dudon dresse un portrait positif des ducs de Normandie, les écrits de Richer, presque contemporains, nourrissent encore l’image du pirate négatif. Dès les années 1960 l’anse aux Meadows, au nord de Terre-Neuve, a été fouillée révélant trois constructions sur le modèle islandais datant de 980 – 1030. Le Danelaw qui couvre l’Est-Anglie, le royaume d’York et la Mercie orientale ne fut jamais réellement unifiée. La conversion des rois de Suède est moins documentée et le christianisme s’installe surtout au XIIe siècle. Ensuite, nous repartons en terres irlandaises et écossaises. Il est particulièrement honoré par les paysans en tant que protecteur de la fertilité, c’est le maître du tonnerre et de la pluie. Le rôle des « marches » est donc important. La ville est reconquise en 954 mais garde ses influences scandinaves : noms de lieux, langue norroise parlée par une partie de la population… En Irlande, il est possible d’examiner l’exemple de Dublin. Ailleurs, aux Féroé et en Islande, les Vikings sont les premiers à s’installer dès les premières décennies du IXe siècle. Le futur roi de Norvège, Olaf Tryggvason, probablement accompagné du roi danois Sven à la Barbe fourchue, débarque avec 93 navires dans le sud-est de l’Angleterre en 991. Ainsi, les premières attaques se portent vers 787 (Portland), 793 (Lindisfarne), avant de toucher l’Aquitaine (attaques de pirates mentionnées en 799). Ainsi, Gytha, fille d’Harold, épouse vers 1072-1074, Vladimir II Monomaque, futur prince de Kiev. Il faut également noter les différences d’acculturation selon les régions du monde viking notamment les régions d’installation et, selon le lien gardé avec la Scandinavie. L’auteur fait le point sur les navires vikings. Pour le service presse Histoire et questions de société : Pour le service presse Géographie et Junior : Votre adresse de messagerie (obligatoire). Quelques objets sortent du lot comme le Codex Aureus de Cantorbéry (conservé à Stockholm), manuscrit du milieu du VIIIe siècle contenant les évangiles, dérobé au IXe siècle puis racheté. C’est notre dernier coup de cœur. En Angleterre également, la défense s’organise autour de burhs, qui montrent une certaine efficacité lors des attaques de 892 à 896. De plus, l’ADN ne laisse pas percevoir la chronologie, il est difficile de savoir à quand remontent les influences, ni si les individus se rattachaient à une culture viking. Ebooks téléchargements gratuits nederlands Histoire des vikings - Des invasions à la diaspora Overview Les vikings ont laissé dans les mémoires collectives un ensemble d'images fortes et contradictoires : pirates redoutables semant la terreur, navigateurs intrépides explorant des terres lointaines ou guerriers et commerçants en quête de richesses. Elles contrôlent les destinées humaines : nornes, valkyries, dises… Elles permettent la communication entre les vivants et les esprits. C’est cependant depuis le Groënland que les vikings ont exploré la vallée du Saint-Laurent. Eric le Rouge, lui, est mentionné comme celui ayant découvert le Groenland, pays vert, alors qu’il avait été banni d’Islande. Certains dieux sont ainsi peu honorés au vu des découvertes archéologiques par exemple mais prennent une grande place dans les textes mythologiques comme Heimdall et Baldr, fils d’Odin et Frigg. Le fait que la population islandaise se soit convertie rapidement trouve sans doute son explication dans l’absence de lieux symboliques, rituels contrairement à la Scandinavie. Les berserkir forment une sorte de garde armée du chef ou roi qui adopte un comportement de fauve (hurlements, morsure de bouclier…) à l’issue d’un rite. C’est également un marché des esclaves important. Quelques représentations évoquent le port d’un casque conique mais les fouilles archéologiques attestent plutôt de casques ronds protégeant le nez et les yeux. Robert, l’un de ses protecteurs fut tué à Brissarthe en 866 et son fils, Eudes, comte de Paris, organisa la défense de Paris avant d’être élu roi entre 888 et 898. Weland, devenu plus cher, assiège cependant les groupes dans leur repaire et les expulse moyennant rançon pour avoir la vie sauve. Plongez-vous dans le livre Histoire des vikings - Des invasions à la diaspora de Pierre Bauduin au format Grand Format. Leurs motivations : richesses, otages vendus comme esclaves ou échangés contre argent. Les derniers chapitres éclairent la situation des différentes régions d’installation des vikings. Les cultes se tournent alors vers des divinités. Cnut en récupère l’intégralité à la mort d’Edmond et règne jusqu’en 1035 après avoir épousé la veuve d’Aethelred. Danegeld, est un mot désignant une taxe et remonte au début du XIe siècle lors de l’emploi de mercenaires danois sous Aethelred II au début du XIe siècle. Ainsi, des potiers ont pu accompagner les expéditions vikings mais on note également la présence de pratiques anglaises dans la fabrication monétaire au Danemark, les échanges s’opèrent de part et d’autre. Toute l’Europe du nord-ouest connaît une forte croissance, Scandinavie comprise à partir du milieu du VIe siècle. Les pratiques funéraires montrent que la crémation et l’inhumation coexistaient en Norvège, au Danemark et au sud de la Suède (le reste du pays étant plus attaché à la première pratique). De plus, le mot Rous s’appliquait surtout aux élites scandinaves. Les autres sources sont l’archéologie dont des découvertes récentes, les inscriptions runiques et poèmes scaldiques. Quant à l’Islande on compte entre 10000 et 20000 migrants au IXe siècle – début Xe pour probablement 60000 à 70000 habitants fin du XIe siècle. Puis à partir de la construction de l’image royale elles prennent plus de place. Les Vikings ont envahi l'actuelle Normandie au IXe siècle. Son installation normande est ancienne avec une union avec Popa dont l’origine est également discutée mais certainement issue de l’aristocratie franque installée dans les Marches. Le roi Aethelred II (978-1016) est mis en difficulté au point de quitter le pays pour la Normandie. Ajoutez-le à votre liste de souhaits ou abonnez-vous à l'auteur Pierre Bauduin - … Les mentions dans les sources scandinaves de traités de paix sont tardives car les chefs préfèrent mettre en avant leurs actions guerrières. A partir de la prise de la Saxe et de la Frise par les Francs, le monde occidental a pu aussi apparaître comme une menace à contrer, ou du moins, cela a pu renforcer les antagonismes envers le monde chrétien. Au XIXe siècle le concours de l’université de Copenhague s’interroge sur la pertinence de remplacer la mythologie gréco-romaine par la mythologie scandinave. La proportion s’inverse presque concernant les femmes, principalement rattachées aux zones celtiques des îles britanniques. Sven se fait reconnaître roi mais décède peu après permettant le retour d’exil du monarque. L’utilisation de la monnaie fait partie du même ressort, produite par les vikings pour le commerce mais également sur fond d’organisation du pouvoir et de christianisation. Les modes païennes ont fortement attiré les populations locales au point d’inquiéter l’archevêque d’York au XIe siècle. Odin est d’ailleurs considéré comme le dieu le plus puissant. Avec le temps, ces navires passent d’une capacité de 40 à 60 hommes aux IXe – début Xe siècle, à 60 à 100 hommes. Cependant ces sources peuvent affirmer l’existence d’un peuple danois unifié sans que cela soit le cas. - Des invasions normandes à la diaspora viking - Guerre, violence et paix aux temps vikings - Contacts, transferts culturels et identités. Les missions débutent véritablement sous Louis le Pieux vers 820, avec l’archevêque de Reims, Ebbon. Ainsi, à Helgö, « l’île sainte », sur le lac Mälar, dans l’une des halles a été trouvé un Bouddha en bronze du VIe siècle venu du nord-est de l’Inde. Le mot Ruotsi en finnois désigne la Suède. Elles sont responsables de leurs actes et peuvent être sanctionnées pour cela. La halle est un édifice imposant où prennent place banquets, rites religieux, production artisanale. Il nous livre ici un ouvrage dense, particulièrement riche, appuyé sur une bibliographie imposante. Concernant l’Islande, la conversion de l’île se produit en 999 ou 1000 dont la source la plus riche est celle d’Ari le Savant. Des analyses ont permis de penser à des installations ponctuelles dès les IVe – Ve siècles mais il n’existe pas de traces archéologiques. Il s’agit peut-être d’un cadeau diplomatique. Les chercheurs sont encore indécis quant à leur nombre. Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. C’est à la fin du Xe siècle que l’urbanisation connaît une seconde vague et touche plus largement la Scandinavie. Les vikings ont laissé dans les mémoires collectives un ensemble d'images fortes et contradictoires : pirates redoutables semant la terreur, navigateurs intrépides explorant des terres lointaines ou guerriers et commerçants en quête de richesses. Les personnes pouvaient s’associer pour construire un navire mais cela est souvent relié au pouvoir royal ou princier, d’une part car il faut les moyens financiers et d’autre part car c’est un moyen de contrôler les routes commerciales et de voyages. Lotte Hedeager évoque même l’idée de l’affirmation d’Odin comme déification d’Attila suite aux invasions hunniques en Europe à la fin du IVe siècle. Quant au terme drakkar, il est impropre, diffusé au XIXe siècle, il renvoie à dreki, au pluriel drekar, qui signifie dragon. Chaque mois, la Lettre d'info est l’outil privilégié pour ceux qui portent un intérêt aux activités de la MRSH. Générique de fin : The Way of Vikings du groupe Métal Amon Amarth, 2016. Il n’apparaît que dans quelques sources seulement et renvoie à la proue du navire. Elle a été entièrement redessinée par les vikings : tracés des rues, murailles reconstruites et agrandies. Si l'expression est anachronique, il faut interpréter leur histoire en termes de routes et de diaspora et non plus seulement sous l'angle des invasions . Le tribut permettait d’éviter le pillage ou le rapt. Sur cette île ce sont les vikings qui ont développé le fait urbain. Ici le métissage n’est pas marqué. En 856 les navires de Sidroc remontent la Seine bientôt rejoints par ceux de Björn pour attaquer Paris fin décembre. Dans les sources écrites la femme arbore la figure de la sagesse guerrière ou de l’instigatrice incitant à la vengeance. De nombreux objets accompagnent le défunt dans une tombe parfois signalée par un monument en pierre ou un tertre. En Angleterre, le cas du Danelaw est développé avec une installation à la fin du IXe siècle. Il est possible cependant de distinguer les navires très allongés spécialisés dans le transport des hommes (longueur équivalant 7 à 11,4 fois la largeur). Les transferts culturels sont nombreux tels les épées franques prisées par les Scandinaves, ou inversement la hache copiée par les Irlandais. Certaines thèses évoquent un ratio homme-femme défavorable aux femmes ayant conduit les jeunes hommes à rechercher argent et gloire pour « payer » leur épouse. Thor est l’image du dieu puissant, guerrier et courageux, accompagné de son marteau Mjöllnir. D’ailleurs, ce sont elles qui ont encouragés les conversions au christianisme. Il est difficile de retracer le processus sur place, cependant il est possible que les Pictes aient été réduits à une position d’inférieurs ou aient adhéré à la culture viking. Un autre chapitre de cette partie aborde la question religieuse. Concernant les techniques de navigation, le cabotage était la plus courante. En réalité, il ne s'agissait pas que de conquêtes. Les vikings ont laissé dans les mémoires collectives un ensemble d'images fortes et contradictoires : pirates redoutables semant la terreur, navigateurs intrépides explorant des terres lointaines ou guerriers et commerçants en quête de richesses. Il meurt en 810 laissant la place à des divisions et tensions qui incitent les Francs à intervenir à travers notamment l’envoi de missionnaires. L’économie de la région est avant tout agricole, principalement l’élevage sur le Ier millénaire. Les vikings ont laissé dans les mémoires collectives un ensemble d'images fortes et contradictoires : pirates redoutables semant la terreur, navigateurs intrépides explorant des terres lointaines ou guerriers et commerçants en quête de richesses. La christianisation prend place fin 987 ou début 988 lorsque Vladimir se convertit pour se marier avec la sœur de l’empereur byzantin. L’artisanat se développe également autour du bois, de la stéatite, de l’ivoire de morse, des os de baleine, bois de renne, textile (laine et lin). A l’intérieur des emporia se distinguent également les élites urbaines qui ont tendance à revêtir les objets du commerce : tenues orientales, soie, alimentation différente du reste de la population. L’image de violence est souvent associée aux vikings cependant il faut prendre avec prudence les sources occidentales promptes à grossir le trait. Cela le place donc en pôle position pour reprendre le travail de protection de la région. En 800 Charlemagne inspecte les côtes nord de l’Empire et ordonne la construction de flottilles. Puis, peu à peu les bâtiments se spécifient. Si l’on observe les faits, des destructions d’églises ont été réalisées par des chefs irlandais ou lors de conflits francs même si ces évènements restent rares. Leur implantation irlandaise est restée principalement urbaine. Ceux-ci ont d’ailleurs établi des contacts avec l’Empire byzantin avec une tentative de raid en 860. C’est à l’issue des pourparlers que le chef viking Rollon accepte de se convertir et de protéger le royaume. Au centre du monde prend place l’Arbre-monde, Yggdrasill, où se réunissent les dieux pour leurs conseils et où les nornes tissent le destin des humains. Celles-ci sont souvent associées aux tâches domestiques, au stockage et à la préparation de la nourriture, l’éducation des petits enfants, le tissage du lin ou de la laine. La première partie "Construire les Vikings" fait assez classiquement référence à l'évolution de l'historiographie (origine des sources). Un vrai ouvrage d’érudition que ces quelques lignes ne sauraient rendre compte, en espérant ne pas dénaturer le propos. Leur développement est souvent relié à la présence d’un prince ou roi, d’où la présence de moyens de protection. Il se convertit mais meurt dans une rixe. Si les Vikings sont installés dès 900 environ en Normandie, cette région connaît une nouvelle crise. Parfois présentés comme les précurseurs d’une globalisation, les vikings et leur histoire s’interprètent en termes de routes, de réseaux et de diaspora, et non plus seulement sous l’angle des invasions. Pour multiplier les raids les Scandinaves décident d’hiverner, en Irlande dès 830, en Aquitaine à partir de 843, en Angleterre en 850-851. Quant à exercer le pouvoir, certains récits nous montrent des reines puissantes comme Gunnhild, épouse et veuve d’Eric à la Hache sanglante, qui gouverne la Norvège avec ses fils. Certains noms de lieux le long du Dniepr sont connus en slave et en norrois. En remontant aux premiers siècles de notre ère, des contacts existaient déjà entre les mondes vikings et le sud de l’Europe. Si l’expression est anachronique, leur histoire s’interprète en termes de routes, de réseaux et de diaspora et non plus … La Normandie participe activement aux affaires du pouvoir : Guillaume Longue-Epée participe à la restauration du roi Louis IV en 936 ; Richard Ier épouse une sœur d’Hugues Capet et le soutient lors de sa prise de pouvoir en 987. Ces monarchies chrétiennes de la seconde moitié du Xe siècle s’appuient sur l’Eglise pour se stabiliser et unifier. Installés à Dublin en 917, ils la fortifient puis la dotent d’égalises à partir de leur conversion au christianisme au cours du Xe siècle comme celle de la Sainte Trinité (Christ Church) vers 1030. Quant aux scaldes, ce sont des poètes qui entrent au service de familles puissantes et en dressent les aventures à travers des codes stylistes rigoureux. C’est donc l’intégration au monde chrétien, y compris dans le regard d’auteurs comme Adam de Brême qui marque la fin des temps vikings et en même temps leur survivance dans l’imaginaire collectif. Le bóndi est le chef de famille, propriétaire libre. La période vi… Olaf Haraldsson, de son côté fut baptisé vers 1013 en Normandie et revint en Norvège deux ans plus tard avec des missionnaires, confortant ou reprenant le travail de son prédécesseur. Elles ont sans doute acquis plus de responsabilités alors que les hommes étaient souvent loin de leur domicile. Ainsi même les analyses ADN sont à prendre avec précaution. Les vikings sont parfois présentés comme les précurseurs d'un monde globalisé. Le support archéologique est celui des tombes, des navires immergés pour servir de barrage et des naufrages. Une cinquième et dernière partie s’attache aux « contacts, transferts culturels et identités » des différentes régions traversées par les vikings. Par exemple, les Víkíngarvísur de Sigvat Thordarson vers 1014-1015, recensent les batailles menées par Olaf avant son accession au trône de Norvège. Ceux-ci venaient sans doute pour partie d’Irlande ou des îles écossaises compte tenu des noms figurant dans les sources. Les vikings sont un peuple mouvant. C’est la naissance du Danelaw en Angleterre, installation d’une grande armée viking suite aux défaites anglaises. Le terme lui-même est discuté, il viendrait de wik, anse, baie, l’homme de la baie ; ou bien du latin vicus, liée à l’agglomération marchande ; de la région de Vik (Viken) où se trouve le fjord d’Oslo ; voire d’une technique de navigation, le verbe víkja. Vous êtes informés sur sa disponibilité, son prix, ses données techniques. Le terme dérive du vieil anglais Dena lagu, la « loi des Danois » et apparaît dans les sources au début du XIe siècle. Ainsi au milieu du XIe siècle la ville devait compter 10000 habitants environ, deuxième d’Angleterre derrière Londres. Les Danois ont sans doute apporté l’étrier en terres anglaises. Cette chronologie est ensuite reprise à différents moments du livre afin de la compléter, de l’observer sous divers angles, les répétitions font donc travail de pédagogue. On peut noter que même si la majorité des colons proviennent de Norvège, nombreux sont ceux qui ont fait étape dans les îles britanniques. De la même façon la christianisation des vikings y est le fait des contacts avec les Anglais et non localement.