Le corps et l’esprit (Gabriel COUSIN) Les mouches (Raymond QUENEAU) Le chat (Paul ELUARD) On ne sait (Maurice CARÊME) Autres dessins de 2009-2010 ou de Manon K. La CyberclasseEcole de Saint-Paul-de-Varces. Pour faire le portrait d'un oiseau (Jacques PRÉVERT) Dessins | Poème fenetre - 9 Poèmes sur fenetre 9 poèmes Page 1/1 ... Je les voyais par la fenêtre Leur chant triste entrait dans mon être Et je croyais y reconnaître Du Rainer Maria Rilke. Il y a toujours, puisque je le dis, Puisque je l’affirme, Au bout du chagrin Une fenêtre ouverte, Une fenêtre éclairée, Il y a toujours un rêve qui veille, Désir à combler, Faim à satisfaire, Un cœur généreux, Une main tendue, une main ouverte, Des yeux attentifs, Une vie, la… L'école des beaux arts (Jacques PREVERT) Le pont Mirabeau (Guillaume APOLLINAIRE) Le Chêne et le Roseau (Jean de LA FONTAINE) Les agents de police (Lucie DELARUE-MARDRUS) La trompe de l’éléphant (Alain BOSQUET) Ver de mer (Madeleine le FLOCH) Le petit grillon (Paul VINCENSINI) Quant à ton texte sur la définition dupoète, il est d’une grande profondeur et épure, toujours en relation avec le graphisme, le dépouillement pour parvenir à l’essence même des choses. Poème Les Fenêtres Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Petite souris (Lucie DELARUE-MARDRUS) Point de vue (Théophile GAUTIER) La Fenêtre Pour les autres, pour les passants, tu es simplement la fenêtre. Midi (Sully PRUDHOMME) L'école (Maurice CAREME) La fenêtre fermée n’est pas très sûre d’elle ni d’être ce qu’elle est ni de voir ce qui passe La fenêtre fermée tournée vers son envers donne à la nuit dedans des nouvelles du jour et parle à la chaleur du froid qu’il fait dehors La fenêtre fermée réfléchit lentement et triste traversée taciturne tapie Lourde (Jules SUPERVIELLE) Le vent (Emile VERHAEREN) (Henri MONNIER) Trois escargots (Maurice CAREME) L’été aux champs (Victor HUGO) Le bouleau (Maurice CAREME) Repos. L'homme et la mer (Charles BAUDELAIRE) Usine de campagne (Pierre BÉARN) Le Lion et le Rat (Jean de LA FONTAINE) Le petit bonhomme (Tristan KLINGSOR) Odile (Jean COCTEAU) J'aimerais (Boris VIAN) A l’heure où la lampe luit (Victor HUGO) L'ordinateur et l'éléphant (Jean ROUSSELOT) Messieurs les petits oiseaux (Victor HUGO) Je voulais dans mon cartable (Pierre RUAUD) Balançoire (Jacques CHARPENTREAU) Le chat et l'oiseau (Jacques PREVERT) Beauté pâleur insondables violets. Vue de l’extérieur, la fenêtre délimite un fragment de réel qui s’offre à la représentation, à la manière du cadre pictural. Le tendre et dangereux visage de l’amour (Jacques PREVERT) Les machines (Maurice CAREME) Le parapluie (Leda MILEVA) La nuit n’est jamais complète. - La poésie est un dialogue, elle tisse des liens avec le lecteur, "mon frère". Mon jardin (Henri de REGNIER) ( c’est sans doute y mourir) Pour la liberté (Philippe SOUPAULT) Pour mon papa (Maurice CAREME) PARUTION : je regarde dans la fenêtre écrire un poème, anthologie Lunatique Vitré Lunatique, le samedi 7 mars 2020 à 00:00 2020-03-07-2020-03-07 Lunatique samedi 7 mars 2020 Mon hiver (Véronik LERAY) Renouveau (Pierre MENANTEAU) Le tigre (William BLAKE) A Cassandre (Pierre de RONSARD) Le vaisseau d'or (Emile NELLIGAN) Pour un art poétique (Raymond QUENEAU) Le crabe (Maurice CAREME) Je vous salue, ma France (Louis ARAGON) Le ciel et la ville (Claude BOBZYNSKI) Les beaux métiers (Jacques CHARPENTREAU) Liberté ! Le p'tit poèm' stressé (Thierry COHARD) La recherche (Jacques CHARPENTREAU) Chanson des escargots qui vont à l'enterrement (Jacques PREVERT) Poème pour un enfant lointain (Alain BOSQUET) Sonnet du chat (Henri THOMAS) Le Cor (Alfred de VIGNY) Joie du printemps (Lucie DELARUE-MARDRUS) J’ai le monde sous mes paupières mon front à ta vitre appuyé et tu es glissante lisière sur le bord de l’illimité. Matin d'octobre (FRANÇOIS COPPÉE) La nuit (Claude ROY) Terre-Lune (Boris VIAN) Neige (Gisèle PRASSINOS) gtag('config', 'G-8WG2Z9TVX8'); Phonétique (Cliquez pour la liste complète), poème de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard, Poème de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard (n° 25), Livres de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard, Citations de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard, Poème de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard (n° 28), poème de Louise Rose Etiennette Gérard, dite Rosemonde Gérard, Poème de Louise Rose Etiennette Gérard, dite Rosemonde Gérard (n° 461), Livres de Louise Rose Etiennette Gérard, dite Rosemonde Gérard, Citations de Louise Rose Etiennette Gérard, dite Rosemonde Gérard, poème de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles, Poème de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles (n° 61), Livres de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles, Citations de Anna de Brancovan, comtesse de Noailles. Poème site de poésie. | Accueil | Le monde en sens dessus dessous (William BRIGHTY RANDS) Et chaque poète souffle sur ce miroir : son haleine différemment l'embue. L'escargot matelot (Claude ROY) Pauvre type (Raymond QUENEAU) Je te souhaite... (Pierre GAMARRA) Aube d’été (Cécile PERIN) Mes sabots (Pierre MENANTEAU) hombre __ 21 juillet 2016 21 juillet 2016 _Poème_0 . Le lutin horloger (Jacques CHARPENTREAU) Le silence est d'or (Maurice CAREME) Voici venu le froid... (Anna de NOAILLES) Les portes (Danielle THIVOLET) Berceuse (Charles CROS) Plus près ! La souris sensible et le chat malin (Claude ROY) Dans le court poème en prose intitulé "les fenêtres" extrait du recueil inachevé Le Spleen de Paris, paru après la mort de son auteur Charles Baudelaire en 1869, le poète aborde un thème à la fois littéraire et pictural. Clown (Werner RENFER) Mars (Maurice CAREME ) Les corridors où dort Anne qu'on adore (Claude ROY) Fenêtres ouvertes, poème de Victor Hugo (L'art d'être grand-père) : Le matin - En dormant J'entends des voix. Le bonhomme de neige (Norette MERTENS) Mère (Maurice CAREME) Les perles de rose (Gilbert SAINT-PRE) Pour changer (Marc ALYN) L’orage (Jules SUPERVIELLE) Ma maison (Gilles VIGNEAULT) Berceuse (Maurice CARÊME) Araignées quand les mains tissaient la lumière. Une vieille paire de chaussures jaunes devant la fenêtre Impression fausse (Paul VERLAINE) Elle était brune elle était blanche Amitié (Jean-Pierre VOIDIÉS) Le pays (Charles-Ferdinand RAMUZ) L'hiver (Lucie DELARUE-MARDRUS) Rires de fées (Pierre MOUSSARIE) Quartier libre (Jacques PREVERT) à la fenêtre. Le globe (Nazim HIKMET) Girafe (Marc ALYN) Chanson (Eugène GUILLEVIC) Anagrammes (Pierre CORAN) Ah ! (Pierre FERRAN) Le chat (Charles BAUDELAIRE) Complainte du petit cheval blanc (Paul FORT) Les araignées et les dictons (Pierre BEARN) Un enfant a dit (Raymond QUENEAU) L'avion (Lucie DELARUE-MARDRUS) Joujoux (Edmond ROSTAND) Mais la voici qui accourt, qui se penche, qui reste: après l’abandon de la nuit, cette neuve jeunesse céleste consent à son tour! La fuyante (Jacques CHARPENTREAU) Lorsque l'enfant a peur... (Alain BOSQUET) La courbe de tes yeux (Paul ELUARD) La frégate (Alfred de VIGNY) Oiseaux de mer (Jean RICHEPIN) Le perroquet (Jean-Hugues MALINEAU) La poupée malade (Maurice CAREME) Trois feuilles mortes (Raymond RICHARD) A LA FENÊTRE. Mes pantoufles (Anne-Marie CHAPOUTON) Dans la chambre du grand-père (Madeleine LEY) Le Chat qui ne ressemblait à rien (Robert DESNOS) Ce matin j’ai ouvert la fenêtre de derrière Celle qui donne dans le jardin face au saule pleureur Mes yeux encore remplis de toi dans la lumière L'automobile (Pierre GAMARRA) Le texte révèle enfin la force du poème en prose dans la démarche poétique. Charles Baudelaire, « Les fenêtres », Petits Poèmes en prose,édition posthume 1869. C’est le joli printemps (Maurice FOMBEURE) Quelle plume ! La plainte du bois (Jean RICHEPIN) Le boeuf (Maurice CAREME) Un vagabond (Jean RICHEPIN) La lessive (Jacques CHARPENTREAU) Le laboureur et ses enfants (Jean de LA FONTAINE) Le petit bateau (Elisabeth CHARRA) Le petit bois (Jules SUPERVIELLE) Sonnet du pain (Edmond VANDERCAMMEN) À la fenêtre pendant la nuit. J'ai vu le menuisier... (Eugène GUILLEVIC) A partir d'un mot | La poupée oubliée (Edith JACQUENAUX ) L'écureuil et la feuille (Maurice CAREME) Les pommes de lune (Jean ROUSSELOT) Les fleurs du papier de ta chambre (Jules SUPERVIELLE) Ce poème est, comme souvent chez Hugo, visionnaire. Le hérisson (Maurice CAREME) Ce poème en prose « Les Fenêtres » présente sous une forme simple l'un des éléments essentiels de la poétique baudelairienne. Paysage (Pierre GAMARRA) L'enfant et le tilleul (Maurice CAREME) L’oiseau bleu (Blaise CENDRARS) Hébergé par Céléonet Le chat (Charles BAUDELAIRE) La biche (Maurice ROLLINAT) Bonjour ! Pour moi qui t’aime du dedans tu es ma plus profonde fête. Saison des semailles, le soir (Victor HUGO) Poisson (Paul ELUARD) La pomme et l'escargot (Charles VILDRAC) Le Lièvre et la Tortue (Jean de la FONTAINE) Elle attendait à sa fenêtre. La deuxième fonction, qualifiée de libidinale, explore le topos de la femme à la fenêtre depuis ses origines courtoises jusqu’aux grands romans de la modernité. Hirondelles (Claude ROY) Le zèbre (Maurice CAREME) A l'école du buisson (Pierre MENANTEAU) I La vache (Victor HUGO) La chevauchée (Jacques CHARPENTREAU) Ma chienne (Victor HUGO) I Les étoiles, points d’or, percent les branches noires ; Le flot huileux et lourd décompose ses moires Sur l’océan blêmi ; Les nuages ont l’air d’oiseaux prenant la fuite ; … Rilke, La fenêtre Poèmes français Dans ces deux sections du poème La fenêtre écrit en 1925, Rilke s'empare après tant d'autres artistes (Balzac, Baudelaire, Flaubert, Proust) de cet objet mythique dont il fait un vibrant éloge tant ses pouvoirs sont magiques. Quand on a le temps on a la liberté. Bravo à … La suite demande plus de temps… Vous pouvez la lire,dans son intégralité, et l’écouter sur le site consacré à la poésie de Victor Hugo, Entendre Victor Hugo: À la fenêtre pendant la nuit. Le Lac (Alphonse de LAMARTINE) La différence (Jean-Pierre SIMEON) Un poète symboliste - Valeur symbolique de la fenêtre qui prend une portée philosophique. Où donc est passé le feu ? Le long du quai (Sully PRUDHOMME) En sortant de l’école (Jacques PREVERT) Au vent des locomotives (Maurice FOMBEURE) Mes vers fuiraient (Victor HUGO) La soupe de la sorcière (Jacques CHARPENTREAU) (Pierre GAMARRA) Chanson du ramoneur (Patrice de LA TOUR DU PIN) Ce texte est sur le pouvoir de l’imagination. Excellent de sens ce poème Pascal -----Toutes les gares du monde sont sur le chemin de mes voyages. Matin d’été à la ferme (Marguerite-Marie PEYRAUBE) Liberté (Paul ELUARD) Conseils donnés par une sorcière (Jean TARDIEU) non, par ici ! Familiale (Jacques PREVERT) L’acacia (Marie-Magdeleine CARBET) Le dragon doux (Raymond QUENEAU) Le déserteur (Boris VIAN) La chanson du soir (Jean RICHEPIN) La pluie (Paul FORT) La mouche et la crème (Pierre GAMARRA) Soir d’automne (Jean RICHEPIN) Petit lapin (Maurice CAREME) Le coq (Henri THOMAS) La voix (Robert DESNOS) Berceuse des escargots (Pierre GAMARRA) A une chatte... (Charles CROS) Le soir indécis (Jacques CHARPENTREAU)