Il n’y a aucune raison de croire que Bailleau n’aurait pas fouillé exhaustivement ces riches niveaux. La première entrée est la grotte Poirrier et la seconde, la grotte Bailleau, ainsi nommées par Henri Delporte d’après le nom de ses prédécesseurs sur le site. Drawing after Delporte, 1957 (Pl. VI, n°26, modifié). Ainsi, harrold (1988) ne mentionne la grotte des Fées qu’une seule fois, dans un tableau où le site est inclus parmi ceux ayant livré des exemples de parures en contexte châtelperronien. 2). Over the last decade, however, the reappraisal of these sequences from a site formation perspective, coupled with critical analyses of the corpus of radiocarbon determinations for the two technocomplexes, have challenged this view, leading to suggestions that the emergence of the Châtelperronian predated any evidence for the Aurignacian or modern humans in Europe and, therefore, represented the Neanderthals’ independent transition to cultural modernity. Une balade digestive s'impose dans le vieux bourg, afin de découvrir les maisons à pans de … Cette différence significative entre les niveaux moustériens et châtelperroniens a été soulignée sans ambiguïté par Delporte : “ Malgré la faible surface de l’espace “ fouillable ”, une différence fondamentale a pu être constatée entre les niveaux nets de la couche supérieure et la diffusion de vestiges, ainsi que leur petit nombre, dans la couche inférieure ; cette pauvreté de l’industrie est d’ailleurs confirmée par l’étude de la série Bailleau, beaucoup plus riche en pièces du Paléolithique supérieur qu’en pièces moustériennes ” (Delporte 1957 : 457-458). Lame à crête, or crested blade. A l’inverse, notre analyse de la collection et des archives des fouilles Delporte déposées au Musée de Saint-Germain-en-Laye nous a conduits à conclure que les dépôts à industrie châtelperronienne surmontant cette lentille aurignacienne étaient des déblais du XIXe siècle. Dessin d’après Delporte (1957 : pl. photographie, ensembles archéologiques) est plus que jamais nécessaire pour inscrire l’archéologie dans le champ de la connaissance scientifique. In this central part of the Grotte Effondrée, intact Châtelperronian remnants only could have existed between the western profile and the cave wall. D’abord, dans la mesure où ils ne peuvent que se baser sur nos propres analyses, ils sont portés à un double biais : accepter la fiabilité des ces analyses si les résultats de ces dernières leur conviennent, ou la rejeter en se contentant d’un “ sentiment en leur for intérieur ” (Dawkins 2006) si le résultat ne s’accorde pas à leur conception du site. Lieu-dit Forest Ferrières sur Sichon. 53Mellars et collaborateurs contestent les conclusions de notre étude de la série lithique en discutant sept points de notre argumentation que nous allons développer dans ce qui suit. La présence d’objets typiquement aurignaciens, au sein des déblais fouillés par Delporte, atteste d’une fréquentation sporadique du gisement par les porteurs de cette industrie. Ce travail a été financé par les programmes « origine de l’Homme, des langues et du langage » (European Science Foundation), « Environnements et Climats du passé » (CNRS), «Transmissions - D’une société à l’autre : processus d’adaptation et de peuplement » (Région Aquitaine) et le fonds pour la recherche de la faculté des arts de Bristol. Cette figure montre que la tranchée Delporte de 1952 et les fouilles 1953-1954 du palier sud ne peuvent avoir que traversé les déblais du XIXe siècle. 1).Top right : equivalence between the different level designations used by Delporte over the years. Sur cette question du Châtelperronien et de ses relations avec l’Aurignacien, les nouvelles générations de chercheurs ont gardé la même attitude. 2006). Dans le cadre de cette hypothèse, la meilleure façon d’expliquer la présence des pièces aurignaciennes au sein des niveaux B4a et B4 est d’invoquer une intrusion post-dépositionelle et non pas une interstratification (Zilhão et al. Application to the Study of Upper Palaeolithic and Mesolithic Ornaments. 2006). (…) dans l’un ou l’autre cas, la plus grande altération de la surface des pièces des niveaux supérieurs s’oppose fortement à un remaniement de ces pièces depuis les niveaux immédiatement sous-jacents, c’est-à-dire les niveaux châtelperroniens de base. L’explication avancée par Mellars et alii (2007 : 3660) pour cette “ anomalie ” (erreur de marquage, mélange par inadvertance au cours de la fouille ou au cours de la manipulation de la collection au Musée) n’est pas seulement un argument ad hoc. It comes from B4, but the year of excavation is 1952, indicating that it comes from the backfill deposits across which Delporte excavated that year’s longitudinal trench. Dans cet article, les auteurs ont soutenu que la cohérence des dates démontrait que la lentille de vestiges aurignaciens, contenue au sein d’une épaisse série de dépôts châtelperroniens, était réellement in situ. BORDES J.-G. 2002 - Les interstratifications Châtelperronien/Aurignacien du Roc de Combe et du Piage (Lot, France). 3) : si B1 à B3 sont exclusivement des déblais, une proportion importante du matériel in situ des niveaux B4-B5 gardera une cohérence, comme le traduit la distribution des fréquences des différents critères taphonomiques que nous avons utilisés (cf. 2006). 2006, et données inédites ; les huit échantillons datés de B1-3 ont été ajoutés au décompte des ossements). fig. 9) coïncide avec le seul endroit du site où peut se placer un espace avec les dimensions données par Bailleau pour le « foyer » aux riches couches archéologiques qu’il a fouillées et dont la base se place à hauteur du contact Moustérien/Châtelperronien. 2002; Trinkaus et al. 87La grotte des Fées a été intensément fouillée avant que Delporte n’en reprenne l’étude dans les années cinquante. The eight radiocarbon dated samples from B1-3 were added to the bone count. : 16“ Nos travaux ont été organisés en trois phases successives (fig. En bas, plan de la cavité avec localisation des secteurs fouillés par Delporte : a. tranchée initiale ; b. tranchée creusée dans le déblai Bailleau ; c. déblai Bailleau couvrant le rocher ; d. secteur fouillé en 1962 ; e. niveaux moustériens in situ observés dans un niveau inférieur de galerie ; f. paroi observée de la cavité ; g. prolongement probable de la paroi ; h. parois du niveau inférieur de galerie ; i. axe du profil longitudinal ; j. limites des fouilles Delporte de 1954 ; k. limite des fouilles Bailleau à la profondeur des niveaux moustériens. 2-3), ce que confirme par ailleurs la mention de ces types de marquage dans le seul rapport de 1964. 318 as a “blade with abrupt retouch” and no. Figure 6 – Le schéma stratigraphique (Delporte 1957) et le plan de fouille (Delporte 1955) représentent la situation du site après la campagne de fouille de 1954. Il est alors aisé d’estimer qu’un échantillonnage aléatoire offre une probabilité de sélection d’un os d’âge châtelperronien bien inférieure à 1/8. Pour trancher entre ces deux possibilités, il serait nécessaire de disposer d’une meilleure connaissance de la variabilité des techniques de confection des parures à l’Aurignacien et au Châtelperronien. Prendre la route Centrale et suivre les panneaux touristiques bleus « Sentiers La Grotte des fées ». [3], The site was registered by the French Ministry of Culture as a monument historique in 1949. A la suite de ce constat, il changea d’opinion et considéra que seul ce troisième site avait été occupé par les hommes préhistoriques (Bailleau 1872 : 112, 116-118). ne fournissent aucune illustration de cette pièce soi-disant cruciale dans leur publication ”9 (p. 3660). Figure 11 – Vestiges fauniques portant des traces de digestion par la Hyène.Figure 11 – Faunal remains from various levels of Delporte’s excavations at the Grotte des Fées bearing features typical of hyena digestion. En bas : vue du profil stratigraphique de la grotte des Fées par composition photographique à partir des différents clichés pris par Delporte, probablement le coin sud-ouest du palier sud (échelle : 1 m) et agrandissement de l’encart de la partie sud du profil (selon Zilhão et al. Below : different views of object no. 2001 - La Cuevadel Pendo. In : Congrès Scientifique de France, Trente-septième session (août 1870). Mise à part leur cohérence propre, pourquoi aucun échantillon n’a donné de date dans l’intervalle 39 – 40 ka BP, ce qui aurait inévitablement dû se produire si ces échantillons avaient été recueillis dans des déblais provenant de la fouille des niveaux châtelperroniens in situ sous-jacents B4 et B5 ? 47L’utilisation de ce secteur du site essentiellement, si ce n’est exclusivement, comme une tanière de carnivores permet de comprendre pourquoi la perplexité de Mellars et collaborateurs vis-à-vis de notre interprétation de la stratigraphie et des dates, n’est pas justifiée (fig. Down : relative frequencies per level of edge-damaged, surface-weathered and unbroken pieces (chips and chunks excluded) (after Zilhão et al. L’interstratification est alors la clef de voûte d’une conception des innovations culturelles châtelperroniennes (parure, art mobilier) qui ne sont considérées que comme une “ imitation sans compréhension ”, ou comme le reflet d’une “ acculturation ” (Demars and Hublin 1989 ; Stringer et Gamble 1993 ; Hublin et al. 62Ce type de retouche se rencontre parfois en partie distale d’outils provenant d’autres technocomplexes, à savoir le Gravettien (Klaric 2003 : fig. Figure 15 – Vue des séries lithiques des niveaux B1 (en bas) et B2 (en haut) à partir de photos prises au MAN en novembre 2005 lors de l’examen des collections.Figure 15 – Overall view of the lithic assemblages from levels B1 (bottom) and B2 (top) of the Grotte des Fées, assembled from photographs taken at the MAN in November 2005 as the material was being laid out. 4). 2006 : tableau 4), obtenir trois dates compatibles avec le Châtelperronien, à partir de trois échantillons du niveau B5, n’est pas, en soi, suffisant pour montrer que ce niveau est homogène ou, simplement, qu’il n’est pas remanié. La Grotte des Fées is a cave located in Châtelperron, in the French department of Allier, in the Auvergne region.[1]. The lithics fit the expectation that the upper B1-to-B3 layers represent 19th-century backfill and cannot be interpreted as in situ Châtelperronian layers : the frequency of surface-weathered and broken pieces is much higher in those upper levels, wherein a post-Aurignacian foliate piece was also found, and there are major typological inconsistencies in the Aurignacian tools from all levels. 2), autorise trois interprétations (tabl. La date de la Quina aval, en particulier, est donnée pour avoir été obtenue à partir d’un os “ pauvrement préservé ” (Dujardin 2001). 4Au moment même où ces concepts étaient élaborés et diffusés, d’importants progrès concernant les processus de formation des sites et la taphonomie étaient réalisés. Même si les hommes ont fréquenté le site lorsqu’il servait de refuge aux carnivores, il est bien plus probable que cette présence, châtelperronienne au début et aurignacienne à la fin, a été courte et intermittente. Figure 7 – Did 19th-century excavators leave a 2 m high intact baulk between the narrow entrance to the cave and their area of operations? Si la canine de biche était de facture aurignacienne, cela ne témoignerait pas pour autant d’une interstratification puisque, si elle est issue du niveau B4, elle a été mise au jour en 1952, c’est-à-dire l’année où Delporte a traversé les déblais dans la tranchée longitudinale (cf. Mais dans ce secteur, deux hypothèses sont à considérer : d’une part celle où, pendant le Châtelperronien, aucun reste de faune n’a été accumulé dans le prolongement du palier sud utilisé par les carnivores pour leur tanière et, d’autre part, celle où de tels restes ont été accumulés en nombre suffisamment faible pour ne former qu’une fraction minime du palimpseste qui a pu être créé par une activité notable de ces mêmes carnivores postérieurement à l’occupation châtelperronienne.