Ainsi, et au cours des dernières années, le gouvernement marocain a intensifié ses efforts pour restaurer un équilibre durable des finances publiques. Le deficit budgetaire et public depuis 1990 jusqu'en 2016. Sans surprise, l’organisation se félicite de la mesure d’indexation sur les prix des carburants, mais estime le rythme des réformes trop lent et la prévision de déficit budgétaire «peu réaliste». A fin juillet 2020, le déficit budgétaire s’est déjà envolé à 41,5 milliards de dirhams, se creusant de 12,8 milliards de dirhams par rapport au mois précédent. Le déficit budgétaire du Maroc en 2019 ne s’est pas amélioré, comme cela était attendu, il se situe au même niveau qu’en 2018. L’alerte est donnée : à l’horizon 2009, si aucune discipline budgétaire n’est imposée, le déficit se hissera à 7% du PIB ! Si l’État doit emprunter pour se procurer des liquidités nécessaires pour couvrir les emprunts antérieurs arrivés à échéance, on parle alors d’effet "boule de neige". Comme en témoignent, les efforts visant à élargir l’assiette fiscale et la réforme du régime des subventions. C’est donc en toute logique que les reproches portent aussi bien sur l’insuffisance de croissance, la dépendance de cette dernière à l’agriculture, le déficit budgétaire élevé que sur la pauvreté et le chômage. La privatisation et l’amélioration de la gouvernance des entreprises publiques permettront au Maroc de générer 8 milliards de dirhams (842,85 millions de dollars), et de réduire le déficit budgétaire à 3,3% du PIB en 2019, a déclaré lundi le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Benchaâboun, cité par l’agence Reuters. Un simple clic sur ce lien validera votre inscription . Le système enverra tous les courriels à cette adresse. Ces emprunts viennent alimenter la dette de l'État, de même que le déficit public augmente la dette publique. Le plus haut etait en 2012, de -7.18%. A titre d’illustration, si les efforts de libéralisation du commerce extérieur ont été jugés positifs, la prolifération des grilles de droits de douane, parallèlement à la multiplication des accords, a été décrite comme une faiblesse à bannir ou à atténuer en alignant les tarifs douaniers des accords bilatéraux de libre-échange sur ceux prescrits par l’accord de partenariat signé avec l’Union européenne. Conclusion : seule une croissance de 5 % au minimum, sur une longue période, permettrait d’atténuer durablement pauvreté et chômage. Aussi, contrairement aux arguments mal fagotés brandis par certains de nos responsables (ratio dette/PIB en baisse à 68,2% contre 71,5% un an auparavant grâce aux recettes de la privatisation et un coût apparent de la dette publique redescendu sous le taux de la croissance économique), le déficit budgétaire réel du pays flirte avec des niveaux alarmants. Afin de financer ses déficits, le gouvernement marocain continuera à compter sur l’aide étrangère. Le FMI se félicite aussi des progrès réalisés dans le domaine de l’assainissement des finances publiques. Ces charges sont en évolution de 11,16%. Nairobi - Au Kenya, le déficit budgétaire 2020/2021 pourrait dépasser les prévisions de 7,5% annoncées en juin par le gouvernement. 78,56 milliards de dirhams, tel est le plafond des charges des dépenses des comptes spéciaux du Trésor pour l’année budgétaire 2018. Le serpent qui se mord la queue ! Le gouvernement maintiendra ses efforts d’assainissement budgétaire, ce qui se traduira par une réduction progressive de la dette publique. 22 Le niveau critique du déficit budgétaire observé au Maroc depuis 2011 conduit tout droit à un endettement public insoutenable qui hypothèque l’avenir des générations futures. La privatisation et l’amélioration de la gouvernance des entreprises publiques permettront au Maroc de générer 8 milliards de dirhams (842,85 millions de dollars), et de réduire le déficit budgétaire à 3,3% du PIB en 2019, a déclaré lundi le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Benchaâboun, cité par l’agence Reuters. 25,5 milliards de dirhams. D’où le recours de plus en plus intense à l’endettement. par le revers de la même médaille. Le déficit budgétaire se traduit par des emprunts nouveaux que l’État doit contracter au cours de l’année. Selon les économistes, le déficit budgétaire peut jouer différents rôles. Au Maroc, des projets sont en cours d'identification et de développement dans le domaine hospitalier. Les libéraux insistent sur les effets néfastes de l’accroissement de la dette publique. Avec l’appui de la ligne de liquidité de 3,47 milliards de dollars du FMI, le Maroc peut poursuivre ses progrès économiques. D’année en année, le Maroc se trouve pris dans un … L'adresse électronique ne sera pas rendue publique et ne sera utilisée que pour la réception d'un nouveau mot de passe ou pour la réception de certaines notifications désirées. La croissance est erratique en raison d’une trop forte dépendance à l’agriculture. Il semblerait que ce ne soit pas le premier article que vous lisez sur notre site et nous tenons donc à vous remercier pour votre confiance et votre fidélité. La productivité toujours mise à l’index Enfin, malgré des prémices prometteurs de l’amélioration de la productivité totale des facteurs (PTF) relevés avec satisfaction par la mission du FMI dans certains secteurs industriels, non traditionnels et tournés vers l’export (allusion faite sans doute à l’implantation récente et soutenue dans notre pays de plusieurs sociétés étrangères opérant dans le secteur des hautes technologies telles Souriau, Assystem, Snecma ou Boeing), le défi de la montée en gamme de l’économie marocaine par l’entremise des gains de productivité demeure entier. Le déficit budgétaire se différencie du déficit public car il n’englobe pas le solde des recettes et des dépenses des collectivités territoriales et de la sécurité sociale. Il recommande aussi la réforme de la fonction publique pour contenir la masse salariale du secteur public. Beaucoup de reproches… pas de recettes Parmi les vertus prêtées à une politique de changes accommodante, on cite la meilleure résistance de l’économie marocaine aux chocs économiques externes, le soutien plus efficient aux objectifs ambitieux de croissance économique, l’amélioration des fondamentaux du système financier et une meilleure intégration à l’économie mondiale. Le nœud gordien, à moyen terme, réside dans la politique budgétaire et sa mise au service de la relance économique. économique au Maroc. Le déficit budgétaire sera réduit aussi. Si l’on exclut l’excédent enregistré par le Fonds spécial de gestion de la pandémie Covid-19, le déficit s’élève à près de 58,9 Mds de DH, en aggravation de près de 22,5 Mds de DH par rapport à la même période de l’année 2019. L’agence reste confiante sur la manière dont le Maroc gère sa dette. La politique d’assainissement des finances publiques, poursuivie tout au long de cette période de l’application du PAS, a eu des résultats financiers positifs. Dans la même veine, si le FMI appuie la quasi-totalité des actions déployées jusqu’à présent pour la restructuration du système financier, il demeure néanmoins attentif à la hausse avérée du taux de contentieux du secteur bancaire et à la dégradation en 2003 de son ratio moyen de solvabilité. Economie "Le déficit budgétaire actuel du Maroc reste gérable sur le court terme, mais.. " 14 Entretien avec Simon Gray, Directeur Maghreb de la Banque mondiale - La Banque mondiale dégage 300 à 500 millions de dollars pour des projets d'infrastructures dans les pays arabes. Au demeurant, si le rapport abonde de recommandations, notamment sur le volet budgétaire et fiscal, et dresse un synopsis aussi éclairant que taraudant sur les scénarios possibles pour les cinq prochaines années, il ne prescrit guère de recettes pour concilier certains objectifs a priori antinomiques. De ce fait, «le déficit budgétaire global s’élargira pour atteindre 7,6 % du PIB en 2020» alors que la dette de l’administration centrale devrait monter à 78,9 % du PIB en 2022. Le déficit budgétaire a recommencé à se creuser en 2019. Malheureusement les recettes non fiscales ne suffisent pas pour combler le déficit budgétaire abyssal qui s’est fatalement détérioré (-50 Mds de DH à fin octobre). Économie Le 03 novembre 2020. Le Maroc qui s’efforce à réduire son déficit budgétaire semble gagner son pari, même s’il sera en retard par rapport à l’échéancier initial. Incohérences entre les accords de libre-échange et la politique douanière Quant au programme des réformes sociales et économiques, le rapport estime qu’en dépit du tempo louable imprimé à sa mise en œuvre depuis l’année 2002, à l’image du code de travail, de la libéralisation du commerce extérieur, de l’adoption du nouveau code de la famille et des actions déployées en faveur de la lutte contre l’habitat insalubre, le gouvernement devrait ratisser encore plus large et éviter les écueils de certaines mesures. C’est ce que prédit BMI Research (filiale de l’agence de notation Fitch Group) dans une nouvelle analyse sur les finances publiques du Maroc. Les subventions gouvernementales sont passées de 6,5% du PIB en 2012 à environ 1% en 2016, en raison de décompensation du prix des produits pétroliers. Si l’on exclut l’excédent enregistré par le Fonds spécial de gestion de la pandémie Covid-19, le déficit s’élève à près de 58,9 Mds de DH, en aggravation de près de 22,5 Mds de DH par rapport à la même période de l’année 2019. Quand les déficits augmentent, les agents Le Fonds relève que les efforts devraient se concentrer sur l’accélération des réformes fiscales. Malgré ce retard, il faudra s’attendre à l’amélioration de la situation budgétaire. La situation des charges et ressources du Trésor a dégagé, à fin novembre 2019, un déficit budgétaire de 42 milliards de dirhams (MMDH) contre 40,2 MMDH durant la même période un an auparavant, selon la Trésorerie Générale du Royaume (TGR). Le déficit budgétaire a atteint 7,1% du PIB en 2012, après 6,2% en 2011, et celui du compte courant de la balance des paiements 9%, après 8,1% l’exercice précédent. Déficit budgétaire de 50,5 MMDH à fin octobre. A fin juillet 2020, le déficit budgétaire s’est déjà envolé à 41,5 milliards de dirhams, se creusant de 12,8 milliards de dirhams par rapport au mois précédent. Le Système de Santé Marocain Généralités Loi cadre n° 34-09 BO N° 5962 du 19 Chaabane 1432 (21-07-2011), Relative au système de santé et à l’offre de soins O… notre édition N°4949 du 30/01/2017). Le gouvernement œuvrera aussi à la rationalisation des dépenses de fonctionnement de l’administration, ce qui permettra, a dit le ministre, de contenir le déficit budgétaire à 6,5% du PIB au titre de l’exercice 2021, contre 7,5% l’année précédente. La messe est dite. Partie 4 : Le lien entre l'accroissement de la dette et le déficit budgétaire au MAROC . Dans la foulée, la productivité du secteur agricole est aussi présentée comme le seul rempart contre la pauvreté dans laquelle croupit le monde rural. Energies renouvelables : La stabilité du réseau électrique dépend fortement de…, Les voies de l’immobilier mènent désormais à Dakhla, Marché du chocolat : Les commandes pour la fin d’année demeurent timides, Aéronautique : le GIMAS optimiste malgré le retard de la reprise, Les mesures prises par le Sofitel Rabat jardin des Roses pour assurer la sécurité et le confort de ses clients, Déficit budgétaire : le FMI tance le Maroc. Le taux de croissance est trop faible pour réduire la pauvreté et le chômage. Une adresse électronique valide. Ses propositions sont attendues. Et c’est de façon péremptoire que ses experts affirment qu’aucune lutte efficace contre le chômage et la pauvreté (qu’ils qualifient d’envahissante dans le monde rural) ne peut être espérée tant que le taux de croissance n’aura pas dépassé, de façon durable et soutenue, le niveau de 5%. Le gouvernement, a-t-il poursuivi, s’engage à réduire le déficit budgétaire à partir de 2021 dans la perspective de stabiliser le niveau d’endettement et de veiller à développer les ressources à travers des mécanismes de financement innovants dans le cadre du partenariat institutionnel à même de générer quelque 14 milliards de dirhams. Devant la fatalité du tarissement des recettes de la privatisation et l’absorption attendue (et souhaitée) de la liquidité domestique par les mesures de relance de l’investissement, le financement indolent du déficit public ferait son temps rapidement et les pressions à la hausse qu’il générerait sur les taux d’intérêt auraient des effets négatifs ravageurs. L’agriculture est désignée par le FMI comme un secteur emblématique où la baisse des coûts des facteurs de production ne saurait exempter le pays de l’impérative amélioration des rendements pour un meilleur positionnement sur l’échiquier du commerce international. A en croire la Trésorerie Générale du Royaume (TGR), la situation des charges et ressources du Trésor fait ressortir un déficit budgétaire de 14,1 milliards de dirhams (MMDH). Les statistiques montrent que le PIB réel reculerait de 1,5% en 2020, la première récession frappant le Maroc depuis plus de deux décennies. Le déficit budgétaire s’est aggravé de 7,7 Mds de DH comparativement à septembre 2020. Mais la remontée des charges de fonctionnement prévue à partir de 2017, limitera le rythme de réduction du déficit. Les comptes d’affectation spéciale s’élèvent à 65,58 milliards de dirhams, soit une variation de 11,7%. 2 Officiellement, le déficit budgétaire rapporté au PIB (à prix courants, base 1998) a grimpé de 6,2% en 2011 à 7,1% en 2012 avant d’être ramené à 5,4% l’année suivante. Le déficit budgétaire équivaut au besoin de financement de l’État. Depuis 1974, les administrations publiques françaises affichent chaque année un déficit. Un bémol, le nouveau gouvernement n’a pas encore été formé ce qui continue de retarder l’adoption du budget 2017. Calcul du déficit budgétaire au Maroc: et si les chiffres étaient complètement erronés? 4.2 Le calcul du déficit structurel 4.3 Le rôle d’un comité budgétaire indépendant 4.4 Le rôle d’un fonds de stabilisation 5. En 2010, le déficit public de la France « au sens de Maastricht » s'est élevé à 136,5 milliards d'euros, soit 7,1 % du produit intérieur brut [19]. Le taux de croissance est trop faible pour réduire la pauvreté et le chômage. Comment financer la relance économique au Maroc ? +212 522 95 36 00 [email protected] [email protected] [email protected] [email protected] [email protected] 70, Bd Al Massira KhadraCasablanca, Maroc, 3,4% du PIB en 2017 contre 3,9% en 2016, selon BMI Research, Recettes publiques et retour de la croissance, des facteurs positifs, Les dépenses d’investissement seraient concentrées sur la construction et l’énergie. Economie "Le déficit budgétaire actuel du Maroc reste gérable sur le court terme, mais.. " 14 Entretien avec Simon Gray, Directeur Maghreb de la Banque mondiale - La Banque mondiale dégage 300 à 500 millions de dollars pour des projets d'infrastructures dans les pays arabes. Le déficit budgétaire global devrait se détériorer pour atteindre plus de 6% du PIB en 2020. Estimation de la fonction de réaction budgétaire limitant le déficit public: le cas marocain Critique économique n° 34 • Printemps-été 2016 119 budgétaires (1) sont nécessaires, car le déficit public est une cause autonome de déséquilibre macroéconomique(2). *Pour vérifier votre adresse email, nous allons vous envoyer un courriel avec un lien de confirmation. Selon, le FMI, le Maroc peut éviter ce scénario catastrophe en adoptant rapidement une stratégie de réforme fiscale articulée autour de l’élargissement de l’assiette fiscale devant aboutir essentiellement à un accroissement appréciable des recettes de la TVA. L’investissement reste bloqué par la machine administrative et une justice non fiable. Ils recommandent une pratique de la politique budgétaire basée sur des règles strictes. L’investissement reste bloqué par la machine administrative et une… En somme, selon que l’on intègre ces dépenses ou pas, et que l’on tienne compte ou non des recettes de privatisation, on se retrouve avec trois taux de déficit budgétaire : le réel, l’officiel et celui servi aux institutions internationales. Au gouvernement donc de faire montre d’imagination pour ménager la chèvre et le chou. Elles devront, lit-on, s’attaquer de manière visible à la mise à niveau du système judiciaire et à l’allègement des procédures administratives. L’assainissement budgétaire sera difficile, compte tenu du faible potentiel de nouvelles réductions des subventions, d’un budget de sécurité élevé et d’une forte augmentation des dépenses d’investissement. Le problème des retraites est, lui aussi, présenté comme une source avérée d’incertitudes et de risques qu’il va falloir dissiper très prochainement avant que les caisses de retraites ne soient dans une situation implosive, en 2010. Les ressources fiscales de l'Etat baissent, ses besoins financiers augmentent. Comment desserrer l’étau qui inhibe l’investissement privé et améliorer les revenus à même de revigorer la demande domestique et d’accroître le taux d’épargne nécessaire pour épancher les besoins de financement ? Ainsi, commentant la situation macroéconomique, si le FMI salue la stabilité actuelle caractérisée par une honorable reprise de la croissance économique en 2003 (+5,5%), une faible inflation (1,2% en 2003) et une position extérieure solide, incarnée par un solde positif du compte courant de la balance des paiements (3% du PIB) et des réserves de change confortables (10 mois d’importation), il n’en déplore pas moins avec insistance la forte volatilité et l’insuffisance structurelle de la croissance économique observées depuis 1992. Enfin, en enchaînant dans leur raisonnement, les experts du FMI remettent au goût du jour le sacro-saint principe de la flexibilité du taux de change en le présentant comme une étape incontournable, une fois la politique budgétaire rectifiée. Si le déficit budgétaire est financé grâce à des emprunts auprès des agents économiques, il risque de créer un effet d’éviction, c’est-à-dire conduire à un déplacement trop important des ressources d’épargne disponibles vers l’État au détriment des autres agents économiques. Règles budgétaires et performances budgétaires 5.1 Etudes de cas 5.1.1 Le cas de l’Union européenne 5.1.2 L’expérience du Chili 5.2 Les évidences économétriques 6. Le FMI recommande au Maroc de réduire le ratio dette publique par rapport au PIB à partir de 2022 . Déjà élevé, le déficit budgétaire peut s’aggraver au cours des prochaines années et devenir insoutenable. C’est le déficit qu'ont enregistré les finances publiques à la fin du mois de mai, soit deux mois après l’avènement du coronavirus au Maroc. Le déficit budgétaire s’est aggravé de 7,7 Mds de DH comparativement à septembre 2020. Prouver l’existence de régimes budgétaires différents concernant la relation entre la politique budgétaire et la croissance 6 Schaechter et al., 2012, document publier par le FMI. La loi de finances avait prévu 3,5% (cf. Le Maroc affiche de bonnes perspectives de croissance et les efforts poursuivis pour consolider les fondamentaux macroéconomiques ont permis de réduire les déficits budgétaire et courant. Sur le plan budgétaire, la mission a relevé que l’évolution à fin décembre a été conforme à l’objectif révisé du Maroc d’un déficit budgétaire de 3,7% du PIB en 2018, rappelant que pour 2019, les autorités ont pour objectif de maintenir le déficit budgétaire à ce niveau, hors recettes de privatisation. Le Maroc fait face à des déficits jumeaux et la situation s’aggrave depuis quatre ans. En ce qui concerne les dépenses, le gouvernement maintiendra ses efforts pour contenir la masse salariale du secteur public et pour rationaliser les dépenses. L’augmentation des recettes publiques, la reprise de l’activité économique et les efforts du gouvernement pour contenir la masse salariale du secteur public se traduiraient par une réduction du déficit budgétaire. En Décembre 2018, le Conseil d’administration du FMI a approuvé un accord de 24 mois au titre de la ligne de précaution et de liquidité (LPL) pour un montant équivalent à environ 3 milliards de dollars (240 % de la quote-part du Maroc) (voir communiqué de presse n°18/477) . D’après l’agence de notation Moody’s, le déficit budgétaire devrait passer à 3% cette année et 2,8% en 2018 contre 3,5% en 2016. Cette fois-ci, et contrairement à certaines de ses précédentes sorties où l’on avait l’impression d’avoir affaire à des fripiers de recettes éculées, le rapport s’inscrit en ligne avec le processus de «dédogmatisation» entamé depuis peu par le FMI et qui a pour conséquence palpable la prise en compte des spécificités aussi bien économique que sociale du pays. Insuffisant ! Comme on pouvait s’y attendre dans leur description de l’économie marocaine, les experts de l’Institut de Bretton Woods ponctuent chaque avancée reconnue (ou presque !) Et ce n’est pas le dernier classement des pays africains, selon leur niveau de compétitivité, publié il y a quelques jours par l’Africa Competitiveness Report, et qui place notre pays au huitième rang, loin derrière la Tunisie (2e) et l’Afrique du Sud (3e), qui infirmera une telle assertion. Le Fonds monétaire international (FMI) vient de publier son rapport de la deuxième revue du programme de ligne de précaution et de liquidité, de 6 milliards de dollars, accordée au Maroc. La réforme fiscale pour parer à une aggravation du déficit budgétaire Mais là où le FMI ne fait pas dans la dentelle et adopte un langage nettement plus sceptique, c’est à propos de la politique budgétaire et de son pendant fiscal.

Ouverture De Bal Sans Danser, Radio Bose Wave à Vendre, Colore Mots Fléchés 5 Lettres, Entrée Chaude Poisson - Marmiton, Tour Du Vercors, Vente De Bien De Particulier à Particulier, 45 Ans De Mariage Humour, Liste Des Campings En Corse, Plage Du Vivier Porspoder, Balto Dessin Animé, Radisson Blu Balmoral Wellness Center,